Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

21 mai 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Intérêt des probiotiques et prébiotiques

Les prébiotiques et les probiotiques : différences et intérêts

 

  1. La flore intestinale : partie intégrante de notre organisme 

Aussi appelée microbiote ou microbiome, la flore intestinale représente l’ensemble des bactéries qui habitent notre tube digestif, soit plus de 100 000 milliards de bactéries avec plus de 700 espèces de bactéries différentes. Pas d’inquiétude : ces bactéries nous sont IN-DIS-PEN-SABLES ! En effet, elles constituent notre première ligne de défense immunitaire et contribuent donc à nous protéger des organismes infectieux.

Le microbiote est spécifique à chaque personne. Ainsi, aucun individu ne possède pas la même composition de flore intestinale.

  1. Les probiotiques : les bactéries de notre microbiote

Les probiotiques sont les micro-organismes que l’on ingère via les aliments et qui résident ensuite dans notre flore intestinale. Ils ont pour rôles principaux de nous défendre contre les organismes pathogènes (qui sont susceptibles d’entraîner des maladies) et d’accélérer le transit.

On les retrouve dans: le yaourt (fermentation de lait additionné de bactéries), le kéfir (fermentation de lait ou de jus de fruits), les levures, la choucroute (fermentation du choux avec des bactéries), certains fromages (gouda, mozarella, cheddar),  les cornichons, le tempeh (soja fermenté), le kimchi, le miso, le kombusha, le natto.

 

 

  1. Les prébiotiques : les substrats des probiotiques

Les prébiotiques sont des fibres qui nourrissent les probiotiques, ce qui stimule leur activité.

On les retrouve dans certains aliments tels que : les légumes (ail, artichaut, oignon, topinambour, chicorée, asperge, betterave, brocoli, fenouil, chou de Bruxelles, chou-fleur, champignon), certaines céréales (blé, orge, seigle), certains fruits (banane, pomme, nectarine, pêche blanche, kiwi, poire, mûre, pruneaux), les légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots secs), les noix de cajoules substituts de café à base de chicorée (type Ricoré®), le miel, les prébiotiques en compléments (inuline, lactulose, fructo-oligosaccharides, galacto-oligosaccharides). 

  1. Symbiose et dysbiose : équilibrer la balance 

La symbiose correspond à l’équilibre de la flore intestinale. Pour le dire plus simplement, chaque individu a une quantité optimale de telle ou telle bactérie qui lui est propre. Ces proportions singulières nous permettent de bien digérer nos repas, sans ballonnements ou problèmes de transit.

La dysbiose correspond au déséquilibre de cette flore. Ses principaux symptômes sont : des douleurs abdominales, des ballonnements, des diarrhée et/ou constipation.

 Elle peut provenir :

  • D’un changement brutal d’alimentation
  • D’une infection
  • D’un système immunitaire affaibli
  • De la prise d’antibiotiques (antonyme de probiotique). Leur prise doit donc être rare et rectifiée à la fin du traitement car ces derniers éradiquent une bonne partie de nos bonnes bactéries
  • Du stress
  • D’une alimentation trop riche en sucre, en protéines et/ou en gras car ils servent de substrat aux mauvaises bactéries
  • D’une alimentation trop pauvre en fibres
  • D’une mastication trop brève

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Je préserve ma symbiose intestinale en consommant suffisamment de fibres (5 fruits/légumes par jour)
  • Je fais attention à ne pas manger trop sucré ni trop gras dans la journée, tout en m’autorisant des petits plaisirs
  • Je prends le temps de bien mastiquer pour digérer plus facilement
  • Pour mieux découvrir ce monde je vous invite à lire le livre : Le charme discret de l’intestin écrit par Giulia Enders avec humour et simplicité. Voici un lien pour se le procurer: ici

18 mai 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : fermenté

Fermenté ? ça ne sonne pas terrible et pourtant ça mérite qu’on s’y intéresse de plus près.
Avant l’invention des techniques modernes de conservation, le frigo, la surgélation ou les conservateurs, nous en mangions régulièrement car les aliments étaient conservés grâce à la fermentation. Mais maintenant ces produits ont disparu de notre alimentation car on a privilégié ce qui va vite et qu’on a oublié leurs bienfaits.

Alors mettons en dans les recettes de la semaine. D’une part, parce que c’est excellent pour notre santé grâce aux probiotiques qu’ils contiennent et qui font la santé de notre flore intestinale. Et d’autres part, parce que c’est délicieux et qu’ils méritent qu’on les redécouvrent !

 

Tempeh teriyaki, on mélange un produit d’Indonésie avec une sauce japonaise et ça se passe très bien ! Le tempeh est un produit connue des végétariens car très riche en protéine (19%). Personnellement je trouve que ça n’a pas beaucoup de goût, un peu comme le tofu. Mais j’imagine que c’est parce que j’ai accès qu’à des produits manufacturés. Du coup en l’associant avec une sauce il devient un très bon support, vous permettant un apport protéiné bon et de qualité.
Le tempeh nous apporte des probiotiques en grande quantité et les oignons des prébiotiques.

 

Poulet aux citrons confits et sa semoule. Le citron confit produit bien connu d’Afrique du Nord est souvent utilisé dans les tajines. Ici, c’est une recette très rapide avec des blancs de poulet, bien pratique à faire les soirs de semaine.
Le citron confit nous apporte les probiotiques et la semoule les prébiotiques.

 

Sandwich coleslaw pastrami, lui nous emmène plutôt vers New York et ses gratte-ciel. Au départ je pensais que le fait de laisser mariné le coleslaw en faisait un plat fermenté, et bien non, je me suis trompée. On peut utiliser du chou et des carottes fermentés pour faire du coleslaw, sinon on ne peut compter que sur la sauce au yaourt pour les probiotiques.
Le yaourt nous apporte des probiotiques, le chou, les raisins secs et la pomme nous apportent des prébiotiques

 

Le Bibimbap est un plat traditionnel coréen très pratique car il n’a pas vraiment de recettes. L’important c’est d’avoir du riz, des légumes, de la viande, un œuf sur le plat et du kimchi. Le kimchi étant du chou fermenté épicé, c’est délicieux !
Nous vous proposons une version mais n’hésitez pas à faire la votre en utilisant ce que vous avez sous la main comme les petits restes de la semaine par exemple.
Le kimchi nous apporte le plain de probiotiques et les champignons shiitaké les prébiotiques.

 

Le lassi de mangue, sorte de milkshake indien mais beaucoup moins sucré. Il s’agit en effet de mixer du yaourt avec de la mangue et rien d’autre.
Le yaourt nous apporte des probiotiques et la mangue des prébiotiques, si on aime on peut ajouter des pistaches qui sont aussi riches en prébiotiques.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 


Anne-Sophie nous explique l’intérêt des probiotiques et des prébiotiques dans son article de lundi.


 

17 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Déchiffrer une étiquette alimentaire en 3 leçons

Déchiffrer une étiquette alimentaire en 3 leçons

 

  1. Décoder un packaging alimentaire

Vous en avez marre de vous sentir démunis face aux rayons infinis de votre supermarché ? Il y’a tellement de produits que l’on ne sait plus comment les différencier. Voici en  3 images les mentions qui pourront vous aider à choisir votre produit :

      2. Zoom sur les additifs alimentaires

Tout d’abord un additif est utilisé dans 4 buts :

  • Augmenter la conservation de l’aliment
  • Rendre l’aliment plus agréable en bouche
  • Lui conférer un aspect attrayant
  • Préserver ses caractéristiques nutritionnelles

Les conséquences nocives de l’utilisation des additifs sont :

  • La destruction de certaines vitamines par des réactions chimiques entre l’additif et l’aliment
  • La création d’éléments toxiques pour l’organisme
  • La dégradation de notre chère flore intestinale

Néanmoins, les industriels doivent se référer à la « liste positive » dans laquelle sont recensés tous les additifs autorisés et interdits. Sont interdites les substances toxiques ou cancérigènes à trop forte dose. De plus une dose maximale doit être respectée afin que la santé du consommateur ne soit pas en jeu.

Sur l’emballage on les retrouve obligatoirement dans la liste des ingrédients, sous leur nom entier ou leur nom de code. Lorsqu’ils sont codés, tous les additifs commencent par « E » suivis de 3 ou 4 chiffres dont le premier correspond à leur propriété principale. A titre d’exemple:

  • E1xx correspond aux colorants
  • E2xx correspond aux conservateurs
  • E3xx correspond aux antioxydants
  • E4xx correspond aux émulsifiants
  • E5xx correspond aux épaississants et gélifiants
  • E6xx correspond aux stabilisants
  • E9xx correspond aux édulcorants

          3. Le « dont sucre »

Dans le tableau des valeurs nutritionnelles, on retrouve toujours la ligne « dont sucre », en dessous des glucides. Mais que signifie-t-elle réellement ?

Il existe 2 types de glucides : les glucides complexes (l’amidon retrouvé dans les céréales, le pain, les légumineuses) et les glucides simples (le fructose que l’on retrouve dans les fruits et les légumes, le lactose que l’on retrouve dans les produits laitiers et le saccharose qui correspond au sucre de table).

La plupart du temps, le terme « dont sucre » fait référence au sucre de table. Il est donc particulièrement intéressant de checker cette ligne pour tous les produits (et vous verrez que les salades ou encore les soupes des grandes surfaces n’en sont pas toujours exempts). Il est donc dans notre intérêt de vérifier la liste des ingrédients de chaque produit pour ne pas ingérer des sucres qui ne nous apporteraient rien nutritionnellement parlant.

Cependant, pour certains produits, qui ne contiennent pas de saccharose, le « dont sucre » fait référence aux 2 autres types de glucides simples : le fructose ou le lactose.

A retenir

  • J’essaye d’éviter les additifs afin d’éviter leurs effets néfastes sur mon corps
  • Je retiens les principaux additifs naturels: curcumine (E100), riboflavine (E101), cochenille (E120), chlorophylles (E140), caramels (E150), caroténoïdes (E160), rouge de betterave (E162), l’acide ascorbique (E200), acide benzoïque (E210), tocophérols (E306), thaumatine (E957), glycyrrhizine (E958)
  • Je privilégie les additifs naturels qui seront mieux acceptés par l’organisme

 

14 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

La maladie cœliaque

La maladie cœliaque

Qu’est-ce que c’est ?

La maladie cœliaque est une maladie qui se définie par une malabsorption du gluten : une protéine contenue dans certaines céréales.  Cette malabsorption peut provenir de 3 facteurs :

  • Une prédisposition génétique
  • Une introduction trop précoce (avant 6 mois) des aliments contenant du gluten
  • Une ou plusieurs infection(s) au niveau de l’intestin grêle

Que se passe-t-il dans le corps ?

Lorsque le gluten que l’on ingère arrive dans l’intestin, il se décompose en plusieurs molécules (les gliadines). Ces gliadines ne sont, dans des conditions normales, pas digérées par les cellules de l’intestin. Mais chez la personne atteinte de la maladie cœliaque, ces molécules rentrent dans les cellules intestinales. En interférant avec d’autres éléments appelés les enzymes, les gliadines vont devenir des gliadines « anormales » dont l’organisme voudra se débarrasser via une réaction inflammatoire.

Comment peut-on savoir qu’on est atteint de la maladie cœliaque ?

Les diarrhées et les ballonnements sont deux symptômes principaux. Mais pas de panique ! Ce ne sont pas des facteurs déterminants, ils sont simplement observables à l’œil nu. Pour confirmer la maladie, c’est au médecin d’analyser vos analyses biologiques.

Comment manger avec cette pathologie ? 

Pour bien vivre avec cette maladie il « suffit » d’éliminer les aliments contenant du gluten. C’est-à-dire tous les aliments contenant les céréales suivantes :

  • Le blé : le blé dur précuit et tous les aliments confectionnés à partir de la farine de blé (pain, pain de mie, biscuits salés et sucrés…). Ainsi que les sous-espèces du blé : épeautre, petit épeautre, boulghour, kamut
  • Le seigle : farine de seigle et tous les aliments confectionnés à partir de cette farine
  • L’avoine : flocons d’avoine, farine d’avoine, lait d’avoine, porridge…..
  • L’orge : orge perlée, malt d’orge et tous les dérivés (bière, whisky…)
  • Le triticale : farine de triticale, flocons de triticale et tous les dérivés

On retrouve aussi les céréales précédentes dans des produits insoupçonnés tels que : le sucre glace, yaourts et fromages aux céréales, viandes ou poissons panés, quenelles industrielles, huile de germe de blé, figues séchées dans de la farine, sauce soja… et bien d’autres encore.

 

  A retenir 

  • Je vérifie sur chaque produit que la mention « peut contenir des traces de gluten » ou « traces possibles de gluten » n’apparait pas
  • Je check la liste des ingrédients dans laquelle je ne dois pas retrouver en gras une céréale contenant du gluten
  • Je retiens les céréales qui ne contiennent pas de gluten : le riz, le maïs, le quinoa, le sarrasin, le millet, le sorgho, l’amarante et les légumes secs 

11 mai 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : sans gluten

Le 18 mai est la journée mondiale de la maladie cœliaque, pour les personnes allergiques au gluten. Car au delà de l’effet de mode des gluten free, il y a une vraie maladie qu’il faut prendre au sérieux et pour cela faire un vrai diagnostic. Je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de l’Association Française Des Intolérants Au Gluten (AFDIAG) ICI, pour en savoir plus.
Les recettes cette semaine seront sans gluten et savoureuses.

Une quiche sarrasin et légumes sans gluten, puisque la farine de blé est remplacée par celle de sarrasin. Du coup la pâte à un petit goût de galette bretonne. Servie avec une salade verte, c’est un repas complet.
Pour votre organisation vous pouvez préparer cette quiche la veille et la faire réchauffer le soir pour le dîner.

 

Un pad thaï de crevettes, avec ses nouilles de riz pas de problème de gluten. C’est un plat thaïlandais qui peut se préparer de différentes façons. Donc vous pouvez improviser sans problème, ajouter des légumes que vous avez sous la main, remplacer la coriandre par du basilic thaï …
C’est un plat qui se fait à la dernière minute mais vous pouvez préparer les ingrédients à l’avance (éplucher et couper les légumes, décortiquer les crevettes si besoin).

 

Une salade épinard, poulet tandoori, une vraie salade complète hyper rapide. Ce que j’aime aussi, c’est le côté chaud-froid, les légumes sont crus et le poulet est chaud. Et puis les galettes de maïs transformées en chips, c’est génial !
Pour votre organisation, vous pouvez préparer les légumes la veille et les garder dans un boite hermétique. La sauce peut aussi être faite à l’avance et le poulet peut mariner dans les épices tandoori dès la veille aussi. Comme ça au moment du dîner vous n’aurez plus qu’à faire revenir le poulet, griller les galettes et assembler les légumes.

Un poisson coco, citron et riz, une recette facile et pleine de saveurs. Le poisson cuit dans le lait de coco et les épices, c’est tout simple.
Pour votre organisation, pensez à décongeler le poisson si besoin, dès le matin au frigo. Vous pouvez préparer le riz la veille et le réchauffer.
Si vous avez du mal à trouver de la coriandre, remplacez-la par une autre herbe comme du basilic.

 

 Un gâteau au chocolat sans gluten et toujours aussi bon ! D’ailleurs ce qui est bon dans le gâteau au chocolat c’est le chocolat, pas la farine 😉
Pour votre organisation, ce gâteau se prépare sans problème la veille.

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

4 mai 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : du Berry

Le Berry est une région qui n’existe plus mais c’est pourtant notre région. Je ne sais pas s’il y a d’autres exemples en France de régions disparues et avec une identité si forte ?
Il est naturel de vous en faire découvrir ses recettes. C’est une cuisine simple et souvent très nourrissante. J’ai choisi les plats que je trouvais s’adapter le mieux à la saison et à nos modes de vie actuels. Car une poitrine d’agneau à la berrichonne un soir de semaine, je ne suis pas sûre que vous me suiviez (en revanche cuisinez-la pour un dîner entre amis, c’est délicieux).

 

Une tourte de pommes de terre berrichonne, un plat bien roboratif pour prendre des forces en début de semaine. Accompagner par une grosse salade verte, c’est bien assez pour le dîner.
La cuisson est longue, 1 heure, mais sans surveillance donc elle ne vous mobilise pas.
Pour votre organisation vous pouvez préparer cette tourte la veille. N’hésitez pas à la congeler en part pour l’emporter au bureau.

 

Des fonds d’artichaut gratinés au fromage de chèvre. Une entrée très simple qui, accompagnée par une salade, sera parfaite pour un dîner léger.
Si vous utilisez des artichauts entiers, faites attention de les manger rapidement (24h maximum) une fois cuits car ils s’oxydent et deviennent difficiles à digérer.
C’est Catherine de Médicis qui introduit les artichauts en France et elle fût dame de Levroux (tout près d’cheu nous). C’est tout naturellement que l’association artichaut-fromage de chèvre se fait. Ok, c’est un peu tiré par les cheveux mais le résultat est très bon 😉

 

Celui que l’on ne présente plus chez Menu by Menu : le Pâté de Pâques, tellement apprécié qu’il est maintenant appelé le « pâté berrichon » car on le mange toute l’année. Chacun a sa recette, ici c’est celle de Dorothée. À vous de trouver la vôtre ou de l’inventer.
ICI le lien vers les recettes de pâté de Pâques du site.

 

Une salade de lentilles, betterave et fromage de chèvre, 3 des produits emblématiques de notre cuisine berrichonne. Mais cette salade est un peu moins classique qu’il n’y parait. Nous mettons de la menthe et du miel dans la sauce.
Dans la recette il s’agit de lentilles en conserve car nous essayons toujours d’aller au plus vite. Mais avec un peu d’organisation, cuire les lentilles la veille par exemple, vous pouvez utiliser des lentilles sèches.

 

 Un Poirat du Berry, qui est une tourte de poires. Ce qui nous permet de cuisiner les dernières poires de l’année.
Si vous ne faites pas votre pâte brisée vous même, vous pouvez choisir une pâte feuilletée pur beurre du commerce. J’avoue qu’autant je trouve les pâtes feuilletées du commerce de bonne qualité, autant je suis déçue par les pâte brisée. Et puis c’est si simple à faire, on en fait pour 4 tartes et on les congèle 😉

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

27 avril 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec les produits de mai

Joli mois de mai, enfin revenu ! Nous allons pouvoir cuisiner les produits de mai dans nos assiettes. Au vert vient s’ajouter le rouge !

Les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes :

  • Ceux qui arrivent : artichaut, artichaut violet, chou rave, courgette, cresson de terre
  • De pleine saison : asperges blanches et vertes, carottes nouvelles, chou rouge, fèves, navet, petits pois, oignon blanc, et radis.
  • Ceux qui partent : cresson de fontaine
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, choux-fleur, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.
  • Et comme ils se conservent longtemps on continue de cuisiner la betterave, le céleri rave.

Du côté des fruits : 

  • De pleine saison : pamplemousse et rhubarbe
  • Ceux qui arrivent : cerise, fraise, framboise
  • Ceux qui partent : kiwi, poire
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : citron, pomme

 

 

Une quiche d’asperges vertes et fromage de chèvre. Une tarte tout simple mais qui fait son effet !
Accompagnée d’une salade verte pour un dîner léger.
Vous pouvez la préparer à l’avance et la déguster froide ou légèrement réchauffée.

 

Une salade de pommes de terre et truite fumée avec des petits radis de saison. La saison de la pêche à la truite vient de commencer, alors si vous remplaciez la truite fumée par un beau filet frais ?
À moins que vous n’ayez un fumoir 😉
Pour votre organisation vous pouvez cuire les pommes de terre la veille.

 

 Une soupe de petits pois et lentilles vertes, du Berry bien sûr. Une soupe car même si on a cru que l’été arrivait, les températures sont redevenues frisquettes et ça fait du bien un peu de chaleur.
Pour votre organisation, vous pouvez préparer cette soupe la veille et la faire réchauffer au moment du dîner.

 

Des pâtes aux carciofi et asperges vertes. Oui 2 fois des asperges dans la semaine mais la saison est trop courte pour moi, alors j’en profite.
Si vous ne trouvez pas de petits artichauts, prenez ceux en conserve. C’est pas pareil bien sûr, mais c’est très bon aussi.

 

 

Une tarte aux fraises à la chantilly. Le truc pour que la chantilly soit inratable ? TOUT mettre au frigo à l’avance, avant de la monter : crème, bol et batteur.

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

 

20 avril 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : géométriques

Cette semaine nous allons réviser les formes géométriques avec nos recettes ! Le rond des tartes bien sur mais il y a plein d’autres formes que l’on retrouve dans nos plats, nos fromages et nos desserts.

 

Rond avec la tarte aux légumes de printemps qui réunit les légumes de saison. Vous pouvez mettre dans cette tarte les légumes que vous aimez ou les restes pourquoi pas. Vous pouvez aussi lui ajouter des épices comme du curry.
Comme beaucoup de tartes, elle peut se préparer à l’avance et se congeler entière ou en parts.

 

 Les triangles avec des samosas de légumes. Ils se réalisent au four, bien plus facile que la friteuse (moins gras aussi). Je l’accompagne d’une sauce au yaourt, citron et menthe et d’une salade de carottes râpées, raisins secs.
Ces triangles peuvent se préparer à l’avance et se réchauffer ou se déguster froid.

 

 

En rectangle, une terrine pommes de terre, jambon, chèvre à préparer à l’avance. Du coup je la prépare la veille et le soir même je me mets les pieds sous la table. J’aime l’accompagner d’une salade de roquette et mes enfants préfèrent la laitue.

 

 

 

Un carré d’agneau en croûte de parmesan, je n’ai pas résisté à ce jeu de mots 😉 Ce carré d’agneau est très gourmand, sa croute peut faire office d’accompagnement. Mais un plat de petits pois sera toujours apprécié !

 

 

La pyramide de chèvre, d’habitude je ne vous propose pas de fromage mais là cela s’imposait !

 

 

 

Les losanges sucrés au sésame, une déclinaison des desserts orientaux.
Avec les premières fraises, ils seront délicieux.
Vous pouvez les garder quelques jours dans une boite hermétique.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

18 avril 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

 

Notre Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage d’une 2ème recette.

 

 

Le foie gras de salon

Les ingrédients nécessaires :

900 g de foie gras
2 cc de sel
1 cc de poivre
1 pincée de noix de muscade
un verre de Gewurtztraminer ou de Sauternes (mais pas les deux)

Et aussi. Une planche à découper, un petit couteau pointu, 1 terrine rectangulaire, 1 thermomètre

Et un peu de temps…

Pour l’anniversaire de mon fils aîné, je fais un foie gras.
Comme d’habitude je suis pressé et je dois m’occuper de mon fils cadet. Aussi, la majorité des photos n’est pas prise dans la cuisine mais dans le salon où nous regardons un film ensemble.

Une planche à découper et un foie gras (en fait j’en fais deux) : opération table basse déclenchée.

Le foie gras c’est pas difficile, mais comme on utilise un ingrédient cher, on aime pas trop se louper.

Faut pas s’énerver pour dénerver : l’opération la plus délicate, c’est d’enlever les nerfs du foie. Je ne suis pas un spécialiste pour ça mais je me débrouille pas trop mal. Je coupe, j’ouvre, je découpe, je recoupe.

Il vaut mieux faire des plus petits morceaux (qui feront figure honorable après cuisson) plutôt que de mal enlever les nerfs. Un foie gras mal dénervé, c’est immangeable, bon pour la poubelle direct !!!

 

 

Voici la photo d’un foie de canard énervé.
Plus le canard a été stressé, plus de nerfs on a dans le foie.

Difficile de savoir malheureusement à l’avance. Pour cette recette j’ai acheté deux foies : même origine, même marchand, même qualité. Le premier était quasiment sans nerfs, le second ressemblait à un casse-tête chinois.

 

Voilà, mon canard apaisé. J’ajoute sel, poivre, noix de muscade, et je mélange à la main.
Les épices sont très importants. Sans épices c’est vraiment fade. Trop d’épices et on tue le goût du foie. Il faut être très attentif aux dosages indiqués dans les recettes.

 

 

 

Je dispose les morceaux dans une terrine préalablement rincée avec mon vin. Les plus petits morceaux en premier, les plus gros sur le dessus. J’appuie sur les morceaux avec le dos d’une cuillère à soupe pour tasser.

 

 

 

 

Je verse mon vin qui doit tout juste recouvrir la surface de mon foie. Après tout ça on se repose le foie gras et moi pendant deux heures à température ambiante.

 

Je mets à cuire mes terrines dans un bain marie à 40 ° après avoir placé un poids pour garder le foie gras tassé et ainsi le reconstituer.
Au risque de faire disparaître totalement mon foie amoureusement cuisiné, je ne laisse pas la température dépasser 75 °. Y a pas de miracle, faut surveiller de près. C’est cuit au bout d’une petite (très petite) heure ou quand la graisse atteint 2 cm d’épaisseur.
Je laisse refroidir un peu puis je mets au frigo avec le couvercle pour 48 heures
ET

C est pas fini.

Quelques heures avant de servir, il faut retirer la graisse durcie, enlever le poids.
Puis faire fondre doucement la graisse retirée. Cette graisse sera coulée en une couche fine sur le dessus du foie gras pour protéger de l’oxydation.
On remet au frigo et BOUM !
Quelques heures plus tard c’est prêt a servir !!!
Juste la première tranche s’est un peu explosée quand je l’ai retirée de la terrine mais pour le reste je suis plutôt content.

Et c’est boooooooooon !!!!!!

13 avril 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : Céréale mon amour

 

Les céréales doivent leur nom a une déesse romaine : Cérès la déesse des champs. Rien que pour ça je les aime, et puis dans mon coin du Berry elles font tout le paysage, leur cycle de vie marque les saisons. Elles nous apportent tellement de bonnes choses, peuvent se transformer en pains, en galettes, en crêpes. Et elles se marient parfaitement avec les légumes, ce qui pour les neo-flexitariens que nous sommes en train de devenir est essentiel.
Alors cette semaine, je leur donne la place d’honneur dans les recettes !

 

 

Une salade de quinoa petits pois aux herbes, ça commence mal le quinoa n’est pas une céréale ! Oui je sais, mais bon on n’est pas biologiste, ça passe non ?
Bref, la base de cette salade est le quinoa, après on met du vert, beaucoup ! On ajoute des noisettes pour que ça croque et une sauce miel-huile d’olive-citron et c’est top !
Le quinoa, comme le riz, le boulgour et d’autres céréales, se congèle très bien. Ne pas hésiter à en faire beaucoup et à le congeler bien à plat pour s’en resservir plus tard, plus facilement.

 

Un risotto d’avoine au printemps, alors là c’est la découverte pour moi. J’ai adoré. Je cherchais une recette avec des flocons d’avoine mais salé et j’ai vu des porridges au légumes. J’ai tenté le mien avec des légumes du moment et c’est génial. D’abord c’est super bon et ensuite c’est super rapide. Je sens que je vais décliner cette recette à toutes les saisons.

 

 

Pour le sarrasin (qui comme le quinoa est une pseudo céréale, je précise pour les puristes), je n’ai pas cherché très loin : une complète ! Des vacances en Bretagne, c’est mon meilleur souvenir, alors dès que je peux c’est le dîner. Facile, rapide et chacun peut décliner suivant ses goûts.

 

Du poisson avec des asperges vertes, du boulgour et une sauce yaourt aneth. Très simple, parfait.
J’ai choisi du colin en filet, très rapide à cuire et qui n’est pas une espèce menacée. Enfin pas encore. Dire qu’il fallait me forcer à manger du poisson quand j’étais petite, et maintenant que j’aime ça il faut que je réduise ma consommation !

 

Un riz au lait comme dessert, délicieusement régressif.
La réalisation est un peu longue mais la cuisson n’a pas besoin de vous. Et comme il faut le laisser reposer au frigo, le mieux est de le préparer la veille.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

Pour en savoir plus vous pouvez aller sur le site Passion Céréales qui est très documenté.

9 avril 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

 

 

Notre Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage d’une 2ème recette.

 

 

 

 

 

Gâteau de nuit, moi je le fais à minuit. Pour les autres, ça s appelle un gâteau marbré.

 

 

On a besoin de ça : 

 

  • 200 g de  beurre
  • 280 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 4 œufs
  • un peu de vanille
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à soupe de cacao amer
  • 1 sachet de levure chimique (11g)

 

 

 

Evidemment je suis pressé et je n’ai qu’une envie c’est d’aller me coucher mais bon j’ai promis à mon fils et à ma voisine de leur faire ce gâteau, je vais donc doubler les proportions.

Une fois de plus j’utilise mon fidèle robot, pas indispensable mais ça va tellement plus vite.

 

 

C’est parti ! Le sucre dans le pot, le beurre un peu mou par dessus

 

 

 

 

Je mélange avec l’instrument appelé la feuille

 

 

 

Je devrais faire ça en vitesse lente. Boum je démarre ! Ca tourne, au bout de trente secondes j’accélère en vitesse 2, puis en vitesse 3, puis 4 et enfin je fais une pointe en vitesse maxi (Quelques secondes)

Puis les oeufs  1 par 1. Même traitement … Pas très orthodoxe mais c’est fait en trois minutes.

 

Je passe à la farine que j’ai préalablement mélangée avec la levure. Là j’y vais doucement pour mieux l’intégrer et que je n’ai pas envie de noyer la cuisine dans un nuage blanc.

 

 

Je sépare la pâte en deux. A une moitié je rajoute un sachet de sucre vanillé, à l’autre mon cacao en poudre.

 

Ça y est je l’ai mon nuage !

Comme la partie cacaotée me semble un peu épaisse, je rajoute quelques centilitres de lait.

On y est presque, j’ai préparé des moules, un petit coup de spray pour que ça colle pas. La partie vanillée en dessous, la partie avec le cacao au dessus (enfin, plus ou moins). Normalement je devrais lisser un peu, je le fais pas mais c’est une erreur que je rattraperai après quelques minutes au four.

Pour la cuisson ça prend un certain temps, je mets le four bien chaud les dix premières minutes puis je réduis la température pour au moins une demi heure (voire plus surtout si on utilise un moule à cake). Cuisson à surveiller de près surtout pour la partie chocolat.

Et voilà le travail !

Rapido ! Presto ! Et plutôt bono !

6 avril 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : bébé à table

Quand bébé passe à table c’est souvent le moment pour les parents de revoir un peu leur alimentation. Et oui, comme on éduque surtout par l’exemple, il ne faudrait pas lui donner le mauvais, d’exemple.
Alors exit les pizza et autre « pâtes en boite » et on passe à une nourriture fraiche, pleine de saveurs et qui convient à tous.

Bébé grandit et commence la fameuse diversification. Le pédiatre va vous aider dans ce parcours. Quel aliment est bon pour lui, pour lesquels il vaut mieux attendre encore un peu.
Nous avons décidé nous aussi de vous donner un coup de main avec des recettes qui vont aussi bien pour lui et pour vous. Parce que préparer 1 repas le soir est déjà suffisamment compliqué, alors 2 !?

Tout d’abord pour préserver au mieux les bienfaits des aliments il faut privilégier une cuisson vapeur ou en papillote (de préférence dans du papier cuisson plutôt que dans l’alu sur lequel des doutes planent).
Éviter les cuissons dans du gras et a fortiori les fritures.
Pour ce qui est du sel et du sucre : ne pas en mettre du tout, attendre qu’il vous le demande. C’est ce que le pédiatre des enfants m’avait dit, résultat je ne mets plus de sel dans ma cuisine et sur 4 enfants, 1 seulement met du miel dans son yaourt. Pas mal quand on sait combien le sel et le sucre sont déjà présents dans beaucoup de produits qui leur sont proposés.
Parsemer ses plats avec des herbes aromatiques, elles sont pleines de saveurs et aussi de nutriments.

Un autre conseil que j’aimerais vous donner est de ne pas cacher les aliments, mais au contraire de les lui faire découvrir. Vous pouvez l’emmener avec vous faire les courses, le laisser jouer avec les légumes, et si vous avez la possibilité le mieux est la découverte du potager.
Personnellement je ne forçais pas mes enfants à finir leur assiette mais ils avaient l’obligation de toujours prendre une bouchée pour (re)goûter même si c’était un aliment déjà connu. Il paraît qu’il faut tester un nouveau goût 7 fois avant de l’apprécier. De même la nourriture n’a jamais été une récompense ou une punition. S’il ne finissait pas son plat, il pouvait quand même prendre un dessert. En revanche s’il en voulait un 2ème, il fallait d’abord finir le plat 😉

Et surtout laissez-les prendre la nourriture avec leurs doigts !

 

Voici des idées de recettes qui vont pouvoir s’adapter à toute la famille très facilement :

 

Le flan de poireaux au chèvre frais, en grand à partager ou en individuel avec une salade verte, c’est un dîner parfait. Vous pouvez aussi en profiter pour en faire plus et le congeler en portions. Comme cela vous avez des repas tout prêt pour plus tard.

 

Les papillotes de poisson aux agrumes plein de saveurs. Vous pouvez les accompagner par de la polenta, du riz ou une autre céréale. Et puis un peu de crudité comme des petits radis, haché pour les plus petits, par exemple.

 

Le velouté de petits pois au citron est une soupe toute douce et acidulé. Les petits contrairement à ce qu’on pourrait penser aiment les choses qui « piquent ». Ce mélange de la douceur des petits pois avec l’acide du citron et le parfum de la menthe leur plait beaucoup.
Pour épaissir les soupes et en faire des dîners complets, j’aime y ajouter un peu de quinoa. Vous pouvez aussi proposer des petites tartines de fromages frais parsemées herbes aromatiques.

 

La semoule de poulet et carottes crues qui mélange le chaud et le froid. Dans cette recette nous proposons une cuisson du poulet dans l’eau avec des tranches de citron. Si vous avez un cuit-vapeur, vous pouvez y cuire le poulet. Sinon vous pouvez utilisez l’eau du poulet pour cuire la semoule et ainsi récupérer les nutriments, et donner plus de saveurs à la semoule.

 

Une compote sous le sable, un joli nom pour un dessert tout simple. Une compote, un peu de fromage blanc et des sablés émiettés. Présenté dans un verre, ça fait son effet. Vous pouvez varier les goûts des compotes très facilement.
Et puis bien sur n’hésitez pas à faire vous-même la compote. Elle se congèle très bien, faites-en une grande quantité pour en avoir toujours sous la main.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

 

 

30 mars 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec UN CADEAU et les produits d’Avril

Ça y est le mois d’Avril est là et le printemps aussi.
Et pour fêter ça nous avons préparé un cadeau pour vous !!!
Nous voulons vous faire découvrir la Greenabox de chez Greenastic*. Une jolie box « pour ne pas se raconter de salades mais simplement en cultiver pour les manger » (j’adore leur accroche). À chaque saison vous recevez une boite avec des graines et tout ce qu’il faut pour les semer (petits pots, pastilles de terreau, …). C’est accompagné d’un guide très complet sur chaque graine et aussi sur la façon de les semer, en potager classique ou de type permaculture. Le guide donne aussi des conseils de jardinage pour l’arrosage, la plantation, le repiquage, et vous pouvez contacter l’équipe de la Greenabox facilement par mail ou via les réseaux.
Bonus, bonus : les graines sont bio et reproductibles.
Alors voilà, notre petit cadeau c’est une remise de 5% pour les utilisateurs de Menu by Menu, allez vite découvrir l’offre ICI

Je tente l’aventure moi aussi, je vous raconterai comment ça pousse et nous pourrons échanger les idées de recettes 🙂

 

En attendant d’être auto-suffisant·e·s grâce aux potagers, voici les légumes et les fruits que vous pourrez trouver ce mois ci chez vos primeurs. Et des idées de recettes qui vont avec.

Les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes :

  • Ceux qui arrivent : les fèves, navets nouveaux, petits pois et oignons nouveaux.
  • De pleine saison : asperges blanches et vertes, carottes nouvelles, le cresson de fontaine et radis.
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, choux-fleur, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.
  • Et comme ils se conservent longtemps on continue de cuisiner la betterave, le céleri rave, les courges.

Du côté des fruits : citron, kiwi, orange, pamplemousse, poire, pomme et la rhubarbe qui pointe le bout de son nez

 

Vive la Tarte primeurs avec laquelle nous pouvons nous régaler de tous ces légumes qui reviennent ! Le principe est simple il faut cuire la pâte à tarte « à blanc » et pendant ce temps-là cuire les légumes. Après on étale de la ricotta sur le fond de tarte, on pose les légumes dessus et c’est prêt. Simplissime comme dirait l’autre 😉

 

De l’agneau et tomates confites. Une façon simple et rapide de manger du gigot. C’est aussi un bon moyen d’utiliser les restes d’un gros gigot.
J’aime l’accompagner avec de la polenta mais une purée classique ou du riz l’accompagnent aussi très bien.

 

 La salade de printemps semoule de chou-fleur est une salade très fraîche. Elle est composée d’une base de semoule faite avec les fleurettes de chou-fleur. En fonction de vos goûts vous pouvez modifier cette salade. Par exemple en y mettant des carottes nouvelles.

 

 

Des asperges vertes en gratin très gourmandes avec la béchamel et le parmesan. Accompagnée par une belle salade verte c’est parfait pour un dîner de semaine. Si vous recevez des amis ce gratin peut aussi être une entrée parfaite.

 

 

Une tarte kiwi coco, le début du mois d’avril n’est pas très riche en fruit mais il y a le kiwi ne l’oublions pas. La pâte faite avec de la poudre, de la farine et de l’huile de coco est très gourmande et sans gluten, un vrai gâteau ! La garniture en yaourt et kiwi est très fraîche, et les 2 fonctionnent à merveille !

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

* Greenastic est la 1ère plateforme numérique éco-responsable en jardinage basée sur les principes de la permaculture. Son équipe de biologiste et de paysagistes professionnels a développé des outils 100% personnalisables afin de fournir aux particuliers, professionnels et entreprise une solution de jardinage clé en main et respectueuse de la nature, sans aucun intrant chimique.

 

24 mars 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

Notre ami Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage.

Aujourd’hui je fais de la pâte à pizza et si tout se passe bien c’est cinq minutes, montre en main. Quand je le fais au moins je sais ce qu’il y a dedans.

J’ai besoin de :

  • 350 gr de farine (bio si possible)
  • 7 gr de levure
  • 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive (bio aussi)
  • 250 ml d’eau bien chaude (comme pour un bain)
  • une pincée de sel (moi j’aime bien le sel aux aromates)
  • et un robot mixeur (réutilisable pour d’autres recettes) avec un crochet (sans Capitaine)

C’est tout.

Le crochet ressemble à ça

 

 

 

 

 

 

 

C’est parti !

Dans mon bol je mélange la farine et la levure avec une cuillère en bois, je rajoute l’huile d’olive.
Démarrage du crochet en vitesse lente, mon eau chaude est déjà prête.
On tourne !!!
Quelques secondes suffisent pour mélanger l’huile et la farine.
Je verse l’eau au centre sans me presser mais sans attendre.
Le moment délicat ce sont les derniers millimètres.
Selon la farine utilisée, la température de la pièce, votre robot et mon humeur, je peux obtenir une pâte collante (trop d’eau) ou trop sèche.

Bah ! si c’est trop sec, je rajouterai de l’eau.
Si c’est trop collant je rajouterai de la farine.

Mais aujourd’hui c’est parfait, ça se détache facilement du crochet.

 

Ce jour-là, Daniel a ajouté une sauce toute faite et des tomates. En mars, vous imaginez bien que nous l’avons sermonné !  « ok je plaide coupable ! je ferai le pèlerinage de st Jacques de Compostelle déguisé en tomate géante !!!! » a-t-il répondu 🙂

Voici le résultat :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre…

23 mars 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : vive le fromage !

photo Irving Penn

Cette semaine il y a la journée du fromage, mardi 27 mars. Je pense que l’idée c’est de découvrir ou de redécouvrir la diversité de nos fromages, nous sommes dans un pays tellement riche de ce côté-là.
Alors je détourne un peu l’idée et je mets du fromage dans tous les repas de la semaine. On va quand même essayer d’équilibrer tout ça avec des salades et des soupes !

 

Un vrai Mac & Cheese à l’américaine, alors attention, c’est au delà de « riche ». C’est une recette à classer avec la raclette et autre tartiflette. Pour moi c’est le plat comfort food par excellence ! Mes enfants adorent évidemment. Le prévoir plutôt le jour du cours de sport, il vaut mieux être affamé pour le dévorer.

 

Des petits crousti fromage pour accompagner un velouté d’endives. Ces crousti sont très pratiques, très rapides à réaliser et idéals pour utiliser des blancs d’œufs.
Le velouté d’endives va bien avec car il apporte un peu d’amertume mais vous pouvez cuisiner n’importe quelle soupe bien sûr.

 

 Des cakes jambon fromage et une grande salade verte. Vous pouvez préparer ces cakes en portions individuelles ou dans un plat à cake à partager. L’autre aspect pratique est qu’ils se congèlent très bien. Vous pourrez ainsi en préparer plus et les ressortir pour des brunchs ou de futurs dîners.
N’hésitez pas à ajouter des herbes fraiches (ciboulette, persil, …), des légumes aussi comme des carottes râpées ou pendant la saison des tomates cerises ou des petits pois.

 

Des champignons farcis au fromage frais, le truc tout simple dont on se régale à l’apéritif. Et bien on les fait avec de gros champignons que l’on sert avec une belle tranche de jambon de pays et une salade de mâche pour un dîner rapide.

 

 

 Comment ne pas proposer un cheesecake cette semaine ?! Je vous propose la version croquante-craquante avec des noisettes concassées dans la pâte.
Vous pouvez préparer ce gâteau la veille sans souci.

 

 

 

Et puis n’oublions pas qu’un beau plateau de fromages avec un morceau de pain et un verre de vin* est encore ce qu’il y a de plus simple et délicieux !

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

*l’abus d’alcool blablabla

16 mars 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : sans vaisselle

Sans vaisselle ? vraiment ? si je suis honnête, je vous dis qu’il va y en avoir un peu. Nous n’allons pas prendre nos repas dans de la vaisselle jetable (cf. cette très bonne vidéo de Greenpeace ICI). Mais avec ces recettes il y aura au maximum une planche à découper, un couteau et un plat de cuisson. Donc pas grand chose vous en convenez.

image source Pinterest

Un chili con carne très classique mais toujours très apprécié. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser : rapide à préparer. Bien sûr si on le fait pour 15, il faut être 15 pour éplucher et couper les légumes sinon ça devient très long mais franchement pour 4 ça se gère. L’autre avantage est qu’il se réchauffe et se congèle très bien. Donc ça veut dire que vous pouvez le préparer la veille pour le lendemain et aussi en faire plus pour le congeler en parts à avoir sous la main les soirs de panique.

 

Un bol épinard-pois chiches-coco, normalement c’est plutôt un accompagnement. Mais ce plat est aussi très bon seul et bien suffisant pour un soir de semaine. Si vous avez peur d’avoir faim, n’hésitez pas à l’accompagner d’une céréale comme du boulgour, du quinoa ou du riz.

 

 

Des endives au jambon façon puzzle, comme le plat précédent il n’est pas photogénique mais il est très bon, promis. C’est la version rapide et allégée des endives gratinées à la béchamel. Comme je suis la seule de ma famille à aimer les endives cuites, j’ai trouvé cette solution rapide pour en manger.
Il suffit d’émincer les endives et de les faire cuire doucement à couvert, inutile de mettre une matière grasse, les endives vont rendre beaucoup d’eau. Quand elles sont cuites, ajouter le jambon en dés et la crème fraîche, et pour les plus gourmands un peu de fromage râpé. Et c’est prêt !

 

Des crevettes et brocoli au four, les plats sur la plaque du four, j’adore. C’est un peu magique. Le principe est d’assaisonner les ingrédients puis de les répartir en une seule couche sur la plaque. Le four doit être assez chaud pour que ça cuise vite. La difficulté est de trouver des ingrédients qui ont le même temps de cuisson ou de les couper à la bonne taille pour uniformiser.

 

Une tarte à la confiture, il n’y a pas plus simple que cette tarte qui évoque la montagne. Il suffit d’étaler une pâte sablée dans un moule et de la recouvrir de confiture. Je choisie celle de myrtille pour accentuer le côté montagne mais vous prenez celle qui vous fait envie bien entendu.
Après vous décorez joliment avec l’autre pâte sablée, au four et c’est fini !
Vous pouvez préparer cette tarte à l’avance et elle se conserve quelques jours sans problème.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

9 mars 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : qui dort dîne

Toutes les informations sur le programme de la journée du sommeil par département ICI

 

Quand j’étais petite et que j’avais du mal à m’endormir on me faisait un bol de lait chaud avec du miel. Ça marchait plus ou moins bien, je crois que le câlin qui l’accompagnait faisait plus d’effet.
Mais y a-t-il des aliments qui nous aident à mieux dormir ?

Après quelques recherches, on peut dire que oui. De manière simple il faut limiter les protéines qui stimulent le cerveau et éviter le gras qui est plus difficile à digérer ce qui ralentit la digestion et augmente la température corporelle.
En allant un peu plus loin on découvre que c’est le tryptophane notre meilleur allié. Tryptophane, késaco ? C’est un acide aminé qui va se transformer en sérotonine, hormone qui favorise le sommeil et aide à lutter contre le stress et l’anxiété. La sérotonine va à son tour être transformée en mélatonine, hormone du rythme veille-sommeil, et qui renforce le système immunitaire (elle aide contre l’hyper-tension et le diabète).
Whaou, vive le tryptophane !!! Vite dans quoi j’en trouve que je m’en gave !
Oui, mais ce n’est pas si simple. Il faut que celui-ci arrive au cerveau et pour ça il faut l’aider. Comment ? Avec des glucides pour sécréter de l’insuline qui est son alliée. Et là ça se complique car il faudrait trouver la juste dose, attention à privilégier des glucides à index glycémique bas car sinon il y a trop d’insuline ce qui va perturber le sommeil et faciliter le stockage des graisses.
En plus du tryptophane, il y a le magnésium, le zinc, les vitamines B3, B6, B9 et les oméga 3 qu’il ne faut pas négliger pour un bon sommeil réparateur.

Donc je mange quoi le soir ? Et bien il faut privilégier les aliments avec des protéines et le moins de graisses, les produits laitiers, les céréales, les légumineuses, les légumes verts et les fruits. Exit, les fritures , la viande rouge et les desserts riches en sucre par exemple.
Alors je vous propose ces recettes pour les repas du soir :

 

 

 

 

 

Des petits cakes légumes et quinoa avec une belle salade verte, un gratin de patates douces et poisson, une salade de pommes de terre et kale avec des crevettes à l’ail et au basilic, un one pot riz poulet et légumes et un banana bread
Vous pouvez parsemer vos plats avec des graines de tournesol ou de potiron qui sont riches en tryptophane. Privilégier les fromages de brebis et de chèvre, un peu de mozzarella ou de gruyère. Le soja est aussi un aliment qui en contient beaucoup.

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

Pour aller plus loin

Petit bémol j’ai aussi lu que la tryptophane doit être absorbée entre 6 et 8h avant l’endormissement pour que la digestion soit complète et que c’est entre 16h30 et 17h30 que la synthèse de la sérotonine se fait le mieux. Ce qui est un bonne nouvelle car c’est l’heure du goûter ! Donc on peut en déduire que c’est au goûter qu’il faut préparer sa nuit. Pas question pour autant de se jeter sur des barres chocolatées ou des viennoiseries mais plutôt sur un bon pain complet, des bananes et des fruits secs comme les noix de cajou et les amandes.
Cet acide aminé est utile aussi pour la migraine, la dépression, les symptômes prémenstruels et de la ménopause, les troubles de l’apprentissage (TDAH)
Mais attention à ne pas en prendre trop (en compléments alimentaires par exemple) sans avis médical, car à forte dose elle a des effets négatifs.
Attention aussi aux cuissons trop longues ou trop fortes qui l’abîment.

Petit rappel pour bien dormir :

  • Éviter les excitants (café, thé, sodas caféinés) et la vitamine C à partir de 17h,
  • et le sport le soir qui libérera des hormones de l’éveil
  • L’alcool diminue la qualité du sommeil, et la nicotine peut provoquer des réveils pendant la nuit
  • Dîner au moins 1h30 avant l’heure souhaitée d’endormissement
  • Préparer une chambre pas trop chauffée en gardant les pieds et les mains bien au chaud, et dormir nu·e pour faciliter la régulation de la température corporelle
  • Éviter les écrans en particulier ceux près de vos yeux. Et oui il vaut mieux notre vieille télé que les tablettes et autres smartphones. Car en plus de leur lumière, ils nous incitent à rester éveillé·e avec leurs notifications permanentes
  • Si on a des difficultés d’endormissement, une autre astuce est de séparer le lieu où l’on dort, des lieux d’éveils. Donc on choisit un bon fauteuil pour lire et on va au lit quand les paupières deviennent lourdes. Rien de pire que de tourner dans son lit, le seul résultat est de s’énerver encore plus.

Si certains pensent que la fatigue se gère et que le sommeil ce n’est pas si important, un petit point sur les effets du manque de sommeil :

  • cela accroît l’appétit car ça augmente la production de ghréline qui stimule l’appétit et réduit nos dépenses physiques, et réduit la production de leptine qui elle nous donne la sensation de satiété et augmente nos dépenses énergétiques
  • on a plus envie d’aliments gras et sucrés
  • dans les modèles expérimentaux animaux et humains, conduits chez des jeunes en bonne santé, une  privation modérée de sommeil (5 h de sommeil au lieu de 7) de 5 jours, conduit à un état pré-diabétique (apparition d’une insulinorésistance)
  • à calories égales, la nourriture prise pendant la nuit (au moment où devrait se situer l’épisode de sommeil) conduit à un stockage plus important (donc prise de poids plus importante)

Le sommeil par âges :

De 2 à 4 ans, le jeune enfant a besoin en moyenne de 13 heures. Réparti en 2, la sieste d’environ 2 heures et la nuit d’environ 11 heures.
De 6 à 12 ans, l’enfant a besoin de 10 à 12 heures.
De 13 à 18 ans, l’adolescent·e a besoin de 9 à 12 heures (et oui ! même l’adolescent a besoin de beaucoup de sommeil…).
L’adulte a besoin d’en moyenne de 8 heures de sommeil. Il y a les petits dormeurs 6 heures de sommeil et les gros 10h. Mais attention : pas de norme absolue, chacun a un profil qui lui est propre, entre petit (moins de 6h), moyen et gros dormeur (plus de 10h), et ceux qui sont du matin, du soir ou au milieu. La seule chose vraiment importante est de préserver son rythme.

 

Merci infiniment à la professeure Marie-Pia d’Ortho du Service de Physiologie – Explorations Fonctionnelles de l’Hôpital de Bichat

2 mars 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec les produits de mars

Voici mars et à la fin du mois le printemps. En attendant cuisinons les derniers légumes d’hiver, j’avoue, je commence un peu à me lasser. Mais comme j’écris l’article un jour de neige, les légumes pour les soupes sont encore les bienvenus. L’hiver qui ne commençait pas, semble ne plus finir.
On va associer les légumes avec les agrumes avant qu’ils ne s’en aillent eux aussi.

Les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes : les asperges et les radis vont bientôt arriver tandis que les choux, choux de Bruxelles, crosnes, endives, mâches, rutabagas, salsifis, topinambours s’en vont. De pleine saison il nous reste le cresson de fontaine.
C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, choux-fleur, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.
Et comme ils se conservent longtemps on continue de cuisiner la betterave, le céleri rave, les courges et les navets.

Du côté des fruits : citron, kiwi, orange, pamplemousse, poire, pomme

Une poêlée de porc et riz aux légumes. Pour les légumes il y aura de la carotte, des oignons, et du chou vert. Dans cette recette on utilise une sauce Hoisin, si vous n’en trouvez pas vous pouvez remplacer par de la sauce barbecue moins asiatique ou un mélange sauce soja-miel liquide à parts égales.
Pour votre organisation : vous pouvez mettre la viande à mariner et cuire le riz la veille.

 

Des sardines en cresson et pommes de terre, une recette de Dorothée, délicieuse. Les pommes de terre seront tièdes et le reste froid, ce qui nous fait une salade entre hiver et printemps.
Pour votre organisation : vous pouvez cuire les pommes de terre et éplucher le cresson la veille.

 

Une soupe de carottes à l’orange pour faire le plein de couleurs et de vitamines. Ce n’est pas sur la photo mais n’hésitez pas à parsemer la soupe avec des fines herbes, comme le persil pour réunir encore plus de vitamines.

 

 

Après la soupe une salade de quinoa grenade avocat et kale, pour bien marquer que nous sommes entre 2 saisons 😉
Et puis même si les grenades se conservent bien, c’est le dernier moment pour en profiter avant l’automne prochain.
Pour votre organisation : vous pouvez faire cuire le quinoa et éplucher la grenade la veille.

Comme dessert, une salade de pamplemousses aux pralines roses. La seule contrainte ? Prélever les suprêmes des pamplemousses (en clair : enlever la peau autour des quartiers).
Pour votre organisation : si vous pouvez préparer les pamplemousses à l’avance, en revanche ne mettez les pralines qu’au moment de servir pour préserver le croquant.

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

23 février 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : cinéma cinéma

À la fin de la semaine nous célébrerons doublement le cinéma avec les cérémonies des Césars et des Oscars. Le cinéma et la nourriture entretiennent une relation d’amour. Il y a les scènes mémorables comme la « crêpe au sucre » dans les « Bronzés font du ski » ou bien Julia Robert tombant amoureuse d’une pizza dans « mange, prie, aime » et puis des films entiers consacrés à la bouffe comme « Julie et Julia » ou « Les délices du palais ». D’ailleurs il y a même un « food film festival » tous les automnes à New York où je rêve d’aller.

Alors partons au cinéma !

 

Le plat le plus marquant de « bienvenue chez les ch »tis » c’est la fricadelle, mais comme ils le disent, la recette est secrete. Alors je vous propose la carbonade flamande. C’est un plat qui mijote, vous pouvez la préparer tranquillement le dimanche et finir sa cuisson le lundi avant le dîner. Traditionnellement elle est accompagnée par des frites, mais j’aime bien avec des pommes de terre écrasées tout simplement.

 

 

Dans le Grand Bleu, une des scènes mémorables est celle où Johana (jouée par Rosanna Arquette) doit manger 2 plats de pâtes pour qu’Enzo ne s’attire pas les foudres de sa mère.
Préparons des « pasta del mare » et régalons-nous.

 

 

Dans le film « The Lunchbox », on voit une femme essayer de reconquérir son mari grâce à ses gamelles du déjeuner si célèbres en Inde.
Je ne suis pas spécialiste de cuisine indienne mais un des plats que j’ai réussi à identifier est l’agneau pasanda. Ce n’est pas l’héroïne qui le cuisine mais le collègue. Je me suis inspirée de plusieurs recettes pour faire la mienne et le résultat est délicieux.

 

Un des films préférés dans ma famille est « Chef ». Un road movie dans un food truck cubain avec un père et son fils.
On y cuisine des sandwichs cubains à se damner pendant 2h, forcément après ça, on a qu’une seule envie : les dévorer !
La vraie recette est très longue mais elle vaut le coup et la version rapide que je vous propose est pas mal du tout, promis.

 

Pour le dessert une recette extrêmement simple : le milkshake de Mia Wallace. La recette est celle du milkshake vanille, qui est plus considéré comme une boisson qu’un dessert aux États-Unis. Si vous voulez vous pouvez lui ajouter de la chantilly et des amandes grillés 😉

 

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

21 février 2018
de Delphine
0 Commentaires

Soupes Repas !

« Soupes Repas ! » est le titre du nouveau livre d’Isabelle Guerre et il est top !

J’adore les soupes complètes qui permettent de faire un dîner équilibré, rapide et savoureux. Et dans ce livre il y a 40 recettes pour toutes les saisons. Des soupes de types potées avec des lentilles et des saucisses, des froides avec betteraves et pesto de coriandre, et beaucoup de soupes d’inspiration étrangère de l’Asie, du Maghreb ou de l’Amérique.

Les recettes sont présentées de manière à voir tout de suite ce dont on a besoin avec la marche à suivre sur la page de gauche, et une belle photo de la recette terminée sur la page de droite.
En début de livre le sommaire est visuel avec une vignette de la photo et le nom de la recette. À la fin du livre on trouve la liste de courses par recette. Il y a aussi un index par ingrédient et un petit tableau d’équivalences.
Bref, un livre avec de bonnes recettes avec un vrai côté pratique et un prix mini. Mon seul regret, il n’y a pas d’indication pour la saisonnalité des recettes. Il faut saisir toutes les occasions d’aider les gens à apprendre ou réapprendre qu’un légume a une saison où il est meilleur et moins cher.

La première recette que nous avons testée en famille est la « soupe mexicaine ». J’ai remplacé le poivron par du piment. J’ai réduit la cuisson et j’ai mixé directement dans la cocotte (je n’aime pas faire la vaisselle). Et c’était délicieux, bien hot pour un soir d’hiver glacial. Mes ados ont adoré, bref adoptée !

Référence du livre :
« Soupes Repas ! », d’Isabelle Guerre aux éditions Larousse.
Prix : 8,95 €

Vous pouvez acheter ce livre dans votre librairie préférée ou directement sur le site de Larousse ICI